Devenir parent, ce n’est pas (plus) si naturel

J’ai du m’y reprendre à plusieurs fois avant de rédiger correctement cet article. D’abord motivée par la colère, j’ai eu envie – comme toujours – d’être plutôt dans le partage. Voici donc quelques conseils bienveillants à l’attention des futurs parents qui se posent des questions, et plus particulièrement à ceux qui se destinent au maternage*.

pied bebe

Peut-on faire des choix sans subir de pression de son entourage et de la société en général ? Peut-on faire élever des enfants dans le respect de leur être et non dans une démarche égocentrée ?

Maternage : pratiques de soin au bébé basées sur les besoins de l’enfant comme l’allaitement, le portage physiologique, le cododo…

« Tu ne veux pas la péridurale, mais tu es folle ?« , « Tu la prends trop dans les bras, elle va s’habituer…« , « Moi je ne ferai pas comme ça !« , « Fatiguée, mais de quoi, tu es à la maison !« , « Te tirer le lait quand tu reprends le boulot ? Affranchis toi de ça, franchement !« , « Ah une fille, tu dois t’amuser à l’habiller ! » Voici en vrac ce que j’ai pu entendre ces derniers mois. Je l’ai prise au final la péridurale, oui je porte ma fille en écharpe et je ne la laisse pas pleurer, oui je fais comme ça, oui je suis épuisée, oui j’aimerais allaiter, même partiellement, le plus longtemps possible et non, si j’avais envie de jouer je me serais acheté une poupée…

Stop. On se pose. On respire. On essaye de faire simple, une chose après l’autre. La clé dans tout le processus du devenir parent est « écoutez votre instinct. » Cela pourrait devenir un mantra ! Il faut un certain temps pour le réaliser et réussir à l’appliquer, en tout cas pour ma part. Commencez dès le départ, vous gagnerez du temps et de la sérénité ! Car il faut le savoir, avant même sa naissance et dès que bébé aura mis le bout de son nez dehors, vous aurez droit à tous les discours et à leurs contraires…

La grossesse

Prendre le temps, tant qu’on en a encore !
Il est primordial de profiter au maximum de cette période incomparable – même lorsqu’elle est difficile. Se reposer (faire des réserves de sommeil !), prendre soin de soi (et de l’enfant à naître), profiter de son couple… Il existe de nombreux livres qui dispensent de bons conseils pour mener une grossesse « nature » et commencer à communiquer avec son bébé. C’est le moment aussi, à mon sens, de s’entourer des bonnes personnes, les bienveillantes qui vous accompagneront tout au long de cette incroyable aventure.

Plusieurs fois pendant ma grossesse, il y a eu des moments difficiles. Physiquement (nausées intenses) et moralement (solitude, angoisses face au monde dans lequel on vit – cf le 13 novembre…) Heureusement on peut trouver du soutien autre que là où s’attendait à en recevoir. Je vous ai déjà parlé de mon accompagnement par une spécialiste en périnatalité, qui aujourd’hui encore est présente pour répondre à mes interrogations.

La naissance

Ça se déroule comment, au juste, un accouchement – physiologique ?
De quoi avez-vous envie ? Pour le savoir, il faut être bien informée, connaître votre corps et le processus de ce merveilleux évènement qu’est une naissance. Il existe de nombreux livres et des professionnels pour vous guider. Si vous partez pour un accouchement le plus naturel possible, assurez-vous de choisir un endroit qui saura respecter vos choix et répondre à vos besoins. La rédaction d’un projet de naissance, communiqué à l’équipe médicale, sera un outil précieux. Tout est possible, même accoucher à la maison, le plus important est de rester ouvert à toutes les éventualités.

La plupart des maternités – même dans un CHU dans mon cas – font des efforts pour revenir vers des pratiques plus naturelles. La péridurale est un outil, on peut la prendre ou pas. Le tout est d’assumer et de vivre ce moment de bonheur, le moment où on attrape son enfant et où on le pose contre soi pour le couvrir de baisers.

Le retour à la maison

Une nouvelle vie à trois
Les premiers jours sont magiques, savourez. Mais il faut le savoir, quelque soit son histoire, beaucoup de choses remontent à la surface quand on devient parent. Cela nous renvoie à notre propre vécu et à la façon dont on va le remettre en question – ou pas. Si l’accouchement physiologique est parfois joliment comparé à la traversée d’un torrent, la parentalité peut se comparer à un cycle de machine à laver, essorage maximum. C’est sans doute un passage obligé pour grandir, trouver le nouvel équilibre. Une bonne communication entre les parents, et avec le bébé, est primordiale. Et du soutien.

Pour vous aider à comprendre votre bébé, les professionnels peuvent vous aider (PMI, sage-femme, accompagnante périnatale…) mais n’oubliez pas de rester en phase avec votre instinct, votre ressenti. Nous vivons actuellement dans une société déconnectée. Une maman, surtout si elle a opté pour le maternage proximal – qui demande beaucoup d’investissement –  peut rapidement se sentir isolée. L’aide extérieure – des personnes bienveillantes – est importante. Que ce soit des personnes de votre famille ou des amis, c’est de calme, de soutien moral et de soutien logistique dont vous aurez besoin. Qu’on vous dégage du temps pour vous occuper pleinement de ce petit être qui a tant besoin de vous.

Quand il n’y a personne, d’autres mamans et papas qui traversent exactement les mêmes expériences ne sont pas loin. Comme dans une société tribale, on créé des liens d’entraide, on partage ses expériences, on trouve une oreille attentive, une main tendue. Comment les rencontrer ? Il existe des associations – où on peut également apprendre le portage en écharpe, les massages pour bébé, recevoir des conseils pour l’allaitement, les poussées dentaires, etc. – sans oublier les réseaux sociaux.

Il y aurait tellement de choses à dire… et je suis loin d’être une experte, je ne fais que commencer à apprendre à être une maman.

Pour résumer, une maman – et à ses côté le papa – a besoin de soutien pour avoir confiance en elle. Elle devrait pouvoir être libre de choisir ce qui lui correspond le mieux, sans culpabilité ni jugements, pour accueillir et accompagner son enfant dans sa croissance et ses apprentissages.

Publicités

2 réflexions sur “Devenir parent, ce n’est pas (plus) si naturel

  1. Tout à fait d’accord avec toi!
    Mais au 6e, plus personne n’ose t’embêter, même pas les médecins car tu as trop d’expérience… tout le monde en tout cas le pense!

    Pour la péridurale, tu verras, c’est souvent plus facile de s’en passer pour une naissance successive.

    Bon courage pour aliter en reprenant le travail.

    J'aime

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s